Les banques antillaises sont elles présentes sur Internet?

Nouvelle rubrique, nouveaux objectifs : analyser régulièrement la présence d’un secteur d’activité antillais sur la toile.

Avoir un regard objectif sur :

  • La problématique web du secteur
  • Les actions effectuées et leur pertinence par rapport à la zone caribéenne
  • Les axes de développement

Aujourd’hui, penchons nous sur les banques antillaises.

-> Que veut dire stratégie web pour une banque ?

Il s’agit de la capacité pour les banques à pouvoir exister en tant qu’entité administrative et financière sur le web. Cela implique de véhiculer une forte image de sérieux et de rigueur. De plus elle doit être en mesure d’établir une relation sécurisante avec ses clients, malgré la contrainte que représente la toile, nous sommes dans un monde virtuel.


-> Points forts et avantages de mener à bien ce type de démarche ?

Le web est un vaste levier de communication. Ce dernier offre donc un nombre important d’outils qui permettent de faire passer son message, ressentir sa philosophie d’entreprise / de marque. De plus, sur l’aspect économique, une stratégie web bien calibrée permet  de fortes économies d’échelles.

Le trafic ramené sur le site, est un trafic en moins dans le bureau des conseillers clientèles !

L’internaute peut à tout moment de la journée, être en relation avec sa banque, et ainsi développer des habitudes de fonctionnement avec elle !

De plus ce dernier est de plus en plus en demande comme le montre le journal du net

-> Pertinence caribéenne

Au regard de la répartition d’âges de la population locale il s’agit d’un média qui s’adapte parfaitement à la démographie de nos îles:

  • En 2007 28% de la population martiniquaise a moins de 20 ans
  • En 2008 35% de la population guadeloupéenne a moins de 25 ans

(Chiffres INSEE)

De plus en comparant les pyramides des ages nous constatons

  • Sur nos îles une part prédominante des jeunes de -18ans et des jeunes adultes…
  • …Quand en métropole le ratio des ages est quasi le même de 0 à 50 ans

-> Limites de nos acteurs régionaux ?

Sur notre ile, les banques ont appréhendé ces possibilités. C’est pour cette raison qu’elles ont toutes un site plus ou moins cohérent en termes de design et de technologie.

Toutefois le besoin de contact physique avec le produit reste inscrit dans le mode de consommation guadeloupéen limitant à ce jour l’utilisation du media web. Il est toujours plus rassurant d’être face à son banquier pour effectuer une demande de prêt. À l’inverse le responsable clientèle a besoin du contact client pour atteindre ses objectifs.

Il existe donc un réel potentiel sur le web pour les banques antillaises. En métropole déjà 15,7 millions d’internautes, soit 46%, consultent leur banque en ligne.


-> Quel est le champ des possibles ?

Internet peut devenir le bras armé commercial des banques. Subtilement et progressivement, il est possible de transférer une partie du trafic des agences vers le site. Par expérience, 70% des personnes composant la queue des guichets de banque, ont la possibilité de trouver leurs réponses sur le site« Quand mon chéquier arrive-t-il? » « Je souhaite faire un virement ».

Créer l’habitude c’est également transmettre sa philosophie à ses clients. Ainsi la possibilité de toucher un internaute au cours de tous ses moments de vie, – prenons l’exemple des smartphones-, permet de diffuser son message efficacement et subtilement.

Il est ainsi possible de l’amener à effectuer l’ensemble de ces taches principales directement en ligne.

L’objectif étant d’optimiser le temps des caissiers sur des tâches à valeur ajoutée

  • 10% du temps des caissiers est consacré aux ventes et au service.

C’est pour cela que nous accentuons sur les aspects de sérieux et de rigueur. Au même titre que l’agence de banque, le site est la vitrine de la banque. Il doit représenter l’identité de marque, par son design et sa fiabilité. Toutes les agences Bred ont une décoration intérieure similaire de Jarry au 18ème arrondissement de Paris.

-> A quel horizon ?

D’ici 2 / 3 ans. Les traditions et coutumes ne pourront plus empêcher l’évolution de ces comportements.

Les besoins de la nouvelle génération de jeunes cadres dynamiques, et l’obligation de performance financière imposée par les marchés faciliteront le basculement vers ce mode de fonctionnement.


En conclusion il s’agit bien d’une info !

Nos banques ont intégré le web au sein de leur mix marketing, en développant des espaces de partage avec leurs clients. Nous observons une démarche positive, qui espérons n’est qu’à ses prémisses ! Nous effectuerons une analyse plus spécifique l’approche des banques antillaisesau cours d’un nouveau post

One thought on “Les banques antillaises sont elles présentes sur Internet?

  1. Ping : Une visibilité sur mesure pour les Banques Suisses « alixbicep

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s